Un Homme, Une Passion

Serge Betsen est né le 25 mars 1974 à Kumba au Cameroun. Il arrive en France avec sa famille à 9 ans et découvre le rugby à l’âge de 12 ans au Club de Clichy la Garenne.
En 1991, il part poursuivre ses études à Bayonne et intègre le club du Biarritz Olympique. Il effectue sa première sélection au sein de l’équipe de France le 22 mars 1997 contre l’équipe d’Italie. En 2000, il participe au premier tournoi des 6 nations. Surnommé

« la faucheuse » ou « le sécateur » grâce à ses fameux plaquages et ses montées rapides, il est jugé meilleur plaqueur du monde par de nombreux spécialistes du rugby et redouté de tous ses adversaires : les anglais le surnomment « l’équarisseur biarrot ». Il est sacré meilleur joueur du championnat Français en 2002 par l’Oscar Midi Olympique, en 2004 il est nominé par L’IRB pour le titre de meilleur joueur du monde.

Voir toute ma biographie

“Fidèle à son club durant tant d’'années, Serge a énormément progressé pour devenir le meilleur troisième ligne du monde. Il s'’est préraré plus que la moyenne. Je retiens sa générosité et sa gentillesse. Ce que l'’on retrouve à l'’applaudimètre, comme quand il avait été blessé à Toulouse. J'’ai eu un grand plaisir à jouer avec lui. Ce joueur ne doute jamais, donne toujours tout ce qu'’il a. C'’est un exemple pour le rugby. Il synthétise l'’état d'’esprit et les valeurs du rugby.”

L'hommage d'’Olivier Roumat

Champion de France 2002 aux côtés de Serge Betsen avec le BOPB

Voir les témoignages de Fabien Galthié, Bernard Laporte ...

Partager les émotions

Ma Philosophie

C’était ma philosophie avec Biarritz, c’était celle avec le XV de France et c’est encore la mienne chez les Wasps bien évidemment. Durant toute ma carrière, j’ai toujours fait en sorte que les gens ressentent des émotions et aient envie de les partager.
C’est ainsi que nous devons voir notre vie en club, en regardant tous dans la même direction, en nous soutenant les uns les autres. Nous sommes ensemble pour vivre de belles et grandes choses. Je pense par exemple que dans une équipe de rugby, il faut relativiser les performances des individus : chaque effort compte d’abord pour le collectif.

Seule l'’émotion partagée et l'’envie de se surpasser pour honorer les espoirs qui sont placés en vous donnent du sens à votre action.

Faire le soleil

En 2004, je me suis livré à cœœur ouvert en publiant “Faire le soleil”, ouvrage dans lequel je retrace mon parcours, ou comment le gosse de Kumba, au Cameroun, allait devenir le Serge de Clichy, puis le Betsen de toute la planète ovale. En écrivant, on “lâche” des choses qui nous tiennent à cœœur. C'’est aussi une manière de remercier tous ceux qui vous ont aidé dans votre parcours, vous ont permis de découvrir le rugby et de vivre à travers lui ...

17 ans de bonheur à Biarritz

Juin 2008. Un très grand hommage m’'a été réservé après mon dernier match sous les couleurs biarrotes. Ce sont des moments très émouvants. Biarritz, c'’est 17 ans de ma vie, la moitié de mon existance. Là, j'’ai vu défiler mes débuts à Clichy, ma petite famille… On m’'a fait passer des messages très émouvants, le club, les partenaires, les supporters… C'’est la famille toute entière du rugby qui est la mienne. Je partais à l’'été 2008 pour j'’espère mieux revenir, pour apprendre et voir autre chose. On a vécu des saisons intenses à Biarritz. Le rugby revient à partager des moments intenses, souffrir ensemble, donner à notre public et ceux qui nous ont aidés. Supporters, partenaires, amis, famille, dirigeants, toux ceux qui vivent et vibrent pour le rugby, nous leur devons ces efforts pour ce qu'’ils nous apportent au quotidien.

2008, le tournant des London Wasps

En 2008, je me suis offert un ultime challenge auprès du club champion d'’Europe en titre, celui de Lawrence Dallaglio et de Raphaël Ibañez, les London Wasps. J’'ai tout connu au Biarritz Olympique en 17 ans, professionnellement, en tant que sportif de haut niveau, et à titre personnel. Après Clichy, tout a passé très vite...… C'’est une longue histoire, une histoire de cœœur, que j'’ai eu la chance de relever avec plusieurs générations de joueurs et dirigeants. Ce que m'’ont apporté les London Wasps va au-delà de ce toute ce que j'’aurais pu imaginer. J'’ai découvert une civilisation et une culture du rugby.

« mieux communiquer »

Parler de communication est un sujet passionnant pour moi. De nos jours, l'’évolution des nouvelles technologies permet une meilleure connexion entre les peuples et les personnes et devrait contribuer à une meilleure compréhension : mais il existe encore bien des incompréhensions entre les personnes ! Comment pallier ces problèmes et faire en sorte qu'’un groupe puisse travailler dans une harmonie qui emmène vers le succès ? Quels outils sont nécessaires ? Ce sont des questions clefs pour le fonctionnement d'’une équipe, sur lesquelles je réfléchis encore et toujours.